Les mange-rêve L’enfer blanc

Par Jean-Luc le Pogam

Résumé

2034. Cerclée d’un mur électromagnétique infranchissable, l’Europe est devenue un univers carcéral glaciaire où les ordinateurs du pouvoir programment des hivers sans fin. Peintres, musiciens, écrivains, photographes, journalistes, tous sont pourchassés par les Manges-Rêve dont les rafales se font de plus en plus violentes.

Le nouveau président, Vladimir Bogdich, pour interdire le Rêve, a décidé de s’en prendre à la culture. Un soir, fuyant leur cours de guitare qui a tourné au drame, Iwan et Thibault, deux adolescents, pensent avoir échappé au pire. Mais le cauchemar les poursuit jusque chez eux où ils découvrent que leurs parents ont disparu ! Mélanie, leur amie de toujours, comprend quant à elle avec effroi que son beau-père fait partie des Brigades Mange-Rêve.

Le premier volume d’une trilogie au rythme effréné où trois ados, guidés par deux sexagénaires retraités de l’anti-terrorisme, poursuivent, au milieu du chaos glaciaire, le bien le plus précieux.

Quatrième de couverture.

Mon avis

J’ai bien aimé ce livre. Il est vraiment bien, la couverture déchire, et l’univers décrit est très dense. J’ai hâte de lire la suite et de savoir comment se termine cette future trilogie. Le fait qu’il n’y ait pas de chapitre est perturbant, mais très intéressant. Par contre, j’aurais apprécié une mise en page légèrement différente lorsqu’il y a un changement de point de vu.

Le début du livre est très bon, même le rythme, c’est vers les deux tiers environ qu’il y a une baisse de rythme selon moi. Les personnages sont bien écrits, surtout les deux grands-pères tellement bad ass que ça donne envie de les rencontrés en vrai. Leurs charismes sont amplifiés par les yeux des enfants et les stratégies mises en place. L’histoire assez simple en apparence, donne envie de connaître la finalité de ce récit.

les-mange-reves-tome-3-tombmor-1-457752-264-432.jpg

L’envergure de l’enjeu proposé est assez haletante pour nous proposer une aventure riche en rebondissements. Comme j’ai vraiment hâte de la suite de ce livre, car ce premier tome met un bon univers en place, j’espère juste qu’il finira sur un crescendo d’émotion.

Il faut qu’il ait des personnages qui meurent, s’il y a un trop simple happy ending, je serais frustré. Je le conseillerais à des enfants dès 11ans, je pense que j’aurais souhaité lire une histoire pareille à cet âge et j’aurais certainement vu mon grand-père comme Renard.

J’ai oublié de préciser, mais l’absence de chapitre, permet une émotion intéressante qui est la perte de repère indirectement, je pense que ça influence l’inconscient et permet de se rapprocher des protagonistes qui ont perdu leurs propres repères. C’est peut-être aussi moi qui me fais un film, alors que c’est par pur hasard.

Le meilleur de ce livre, c’est l’atmosphère qui s’en dégage. Et le moyen de locomotion proposé le Cataski qui est sur la couverture, c’est juste une pure idée très cinématographique. Bref, j’adore cette idée, car effectivement sur la glace on ne se déplace pas aussi facilement.

Jérémie Crow

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :