Mers Mortes

Par Aurélie Wellenstein

Résumé

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire.
Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe. Jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme. Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple.
Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

Mon avis

Clairement un magnifique coup de cœur. L’univers est je trouve original et je tombe de plus en plus amoureux de la plume d’Aurélie Wellenstein. Elle dépeint un univers sombre et poétique. La couverture est déjà assez dingue, tout comme son livre le roi des fauves, les couvertures sont magnifiques. Bien qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture, je vous promets que celui-là peut l’être. On sent l’univers par cette couverture.

Le fantastique de l’univers est juste magnifiquement bien dosé et sert l’univers. C’est simple, je suis allé à Troll et Légende, j’ai acheté tout le reste de ses livres. Cette lecture une fois commencée je n’ai pas pu la lâcher. On voit par les yeux d’Oural, je me suis senti lui. Et au fil du temps, au fil des pages, qui rythmait ma nuit d’insomnie, je suis tombé amoureux de Bengale. Déjà c’est un pirate, et j’aime les pirates, deuxièmement c’est un personnage torturé, mais qui fera tout pour terminer sa mission.

J’ai envie de dire, ce livre est bien écrit, mais en plus son histoire est tellement prenante au niveau des tripes que j’ai aimé chaque mot, j’en demandais plus, et à la fin je me suis senti seul. Ça m’arrive ce sentiment quand je tiens des livres pareilles. L’univers, l’aventure et les personnages m’ont tellement touché. Ce livre m’a fait ressentir cette peur que se passerait-il, si les océans, les mers, les lacs disparaissaient.

Ce livre, n’est pas à mettre en toutes les mains, car même s’il y a toujours de l’espoir, le prix a payé est parfois très fort. Ce qui nous donne un personnage de Bengale. J’aime ce roman, et les sentiments exposés d’Oural sont tellement prenants. On voit son monde de par ses yeux, ce personnage je me suis identifié très rapidement à lui. De par ses tatouages et ses états d’esprit. Et franchement, un film sur un univers aussi riche, il faudrait le faire.

Ce roman m’a coupé du temps, je l’ai dévoré, comme si je n’avais pas mangé depuis plusieurs jours. Il m’a fallu deux nuits pour en venir à bout, et j’y ai pensé durant ces deux journées. Il y a des romans qui vous laissent une marque imperceptible, ce roman en fait partie. J’aime ce livre et qu’on aime, l’objectivité et la raison perds son sens.

Jérémie Crow

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :