Shâhra les masques d’Azr’Khila

Par Charlotte Bousquet

Résumé

Djiane, héritière d’un art mortel et secret, est donnée contre son gré à un seigneur tyrannique. Arkhane, apprentie chamane, est privée en une nuit de son identité et de ces dons. Abandonnée dans un reg aride, elle ne doit sa survie qu’à la protection d’un étrange vautour. Seule rescapée de l’attaque d’une gigantesque créature des sables, Tiyyi, une jeune esclave, tente d’échapper à la fournaise de Tessûa. Recueillie par des nomades, elle découvre peu à peu ses pouvoirs. Et dans l’ombre, un immortel en quête d’humanité, prisonnier d’un corps vieillissant, prêt à tout pour devenir un dieu…

Dans ce monde désertique, peuplé de mages et de pillards, de conteurs, de guerriers et de djinns Charlotte Bousquet, nous conte le destin passionnant et mouvementé de trois femmes marquées du sceau d’Azr’Khila, déesse de la vie et de la mort.

Quatrième de couverture.

Mon avis

C’est une histoire qui prend sont temps pour se créer, mais qui en finalité reste exceptionnel tout du long et nous porte vers des paysages d’orients. Ce livre nous fait voyager, et je suis tombé dans cette histoire. Les personnages sont magnifiquement bien dépeints. On sent les rouages se mettre en place dans ce premier tome, on sent ce qui se prépare.

Au tout début de ma lecture, j’ai eu du mal avec tous les personnages mis en place, puis au fil de cette lecture, j’ai compris le jonglage, et même les coupures faites avec les lettres est intéressant. Le fait d’avoir les points de vue même de l’antagoniste est tellement intéressant. En bref, ce livre nous permet de vibrer avec lui et de partager ce conte. J’aime cette idée d’équilibre que nous présente le livre.

De plus, la couverture est magnifique, et le personnage mis en avant par cette couverture est de loin mon préféré. Je commence tout juste à lire les livres des éditions Mnémos et ils sont très intéressant de par leurs couvertures et de la qualité des écrits.

Le conte nous pousse aussi à nous questionner, sur la vie et la mort de par la déesse aux deux visages. J’aime ce livre et j’ai hâte de lire la suite, on sent que quelque chose dans l’ombre de ces jeunes filles va se passer. Quelque chose de dantesques, et si vous désirez des femmes fortes, dans ce livre, il y en a plusieurs, de différentes manières.

Comme je l’expliquais, le livre prend le temps au début de développer les personnages, et cela permet de les revêtir d’une aura et d’une histoire. Même si dans les premiers chapitres, on pourrait se perdre un peu, il est assez facile de se retrouver en finalité. J’aime voir l’évolution de ces personnages, et de leurs développements, surtout au niveau de la souffrance.

C’est une histoire qui me plaît et que j’ai hâte de continuer, je ne sais pas quand sors le deuxième tome, mais je vais le guetter. Et je viens de comprendre le titre de ce livre, à mon avis chaque personnage féminin principale est une facette du dieu aux deux visages qu’est Azr’Khila. Ce qui montre une certaine logique, vu que l’histoire raconte la confrontation entre une personne voulant devenir immortel et la déesse de la mort et de la vie.

Jérémie Crow

Pour commander le live :
Shahra : Les masques d’Azr’Khila

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :