Calendrier de l’Avent Day 24 Ma famille

Je devais finir par le commencement, mes parents. Sans eux, je n’aurais pas eu l’amour des livres et du cinéma. Je me souviens encore regardé des films avec mon père et j’aime ces échanges que j’ai encore avec lui. C’est grâce à lui que j’ai pu regarder le seigneur des anneaux si tôt dans ma vie. Désolé maman, que tu es confondu le seigneur des anneaux et le silence des agneaux…. Tu as mis du temps à comprendre pourquoi je te traitais d’Hobbit. Mais pour moi, à tes cinquante ans, je savais qu’un magicien rentrerait dans ta vie pour t’emporter dans une aventure extraordinaire.

Je me souviens qu’ils m’ont offert le livre avec ce magnifique dragon bleu. Eragon m’a permis d’entrer dans le monde de la lecture et ça une fois encore je le dois à mes parents. Sans eux, je n’aurais jamais acheté autant de livres. Déjà sans eux je ne serais pas né, ça n’aide pas. Je leur dois énormément, ils m’ont laissé assez de liberté et ont été patients avec moi.

Je dois aussi à ma mère son amour pour le théâtre, si mes parents ne m’avaient pas montré des shows que ce soit de concert ou de théâtre, je ne serais jamais monté sur scène. Si je suis qui je suis, c’est certainement grâce à eux. Il m’apporte la force dont j’ai besoin dans les moments de doute. Merci d’être qui vous êtes et de m’apporter votre soutien.

Mes frères, bon j’ai grandi dans une famille avec 3 frères, deux grands et un petit. On était 4 parfois comme les mousquetaires à préparer des soirées et dormir ensemble parfois à se battre, mais plus ont vieilli, plus on se rapproche. Mon frère aîné, tu as peut-être grandi trop vite, mais tu me montres ce que c’est que de prendre ces responsabilités. Quand tu m’as amené mon premier neveu, je n’avais que 16ans. Et toi tu étais déjà père à 22ans, tu as assuré comme un chef à chaque instant. Tu m’as montré parfois ce que ça signifiait de grandir et d’assumer ces choix, même les plus difficiles. Même si tu ne le réalises pas, tu es un pilier de cette famille. On peut grandir en réussissant des choses et tu me le prouves à chacune de tes inspirations.

Le-Seigneur-des-anneaux-les-interrogations-sur-la-future-serie-Amazon.jpg

Mon deuxième frère tu es celui, qui m’a prouvé qu’on avait le droit de faire des erreurs et de les assumer. Tu as parfois du mal à t’exprimer, mais de par ta nature tu es quelqu’un de grand. Ton sourire de mannequin de publicité parfois m’envie. Et quand tu te confies à moi, ça me touche plus profondément qu’on pourrait le croire. Te faire rire et sourire est l’un de mes plus grands plaisirs secrets. Tu m’as aussi montré que quand on perd, il faut tout simplement se reconcentrer sur l’essentiel pour mieux recommencer.

Mon petit frère, devrais-je dire mon grand petit frère ? Tu es celui avec lequel j’ai le plus ri ensemble. On a dormi dans des cartons, découvert l’alcool et la cigarette. Tu m’as dépassé en taille, parfois je t’envie en cachette ta capacité de réflexion, d’affirmation et de culot. Nos discussions et nos conneries me laissent encore des sourires au coin de mes lèvres. J’aime pouvoir t’aider dans ton indépendance. Tu me rappels que l’héroïsme existe sous une certaine forme. Même si on se voit peu, je sais que quand on discute on peut perdre la notion du temps. Tu dois être l’une des personnes qui me connaissent le mieux au monde. Et tu es fort en tombola ce qui est incompréhensible pour moi.

Ma tante française est venue si souvent nous voir depuis si loin, tu m’as montré que vivre seul ne veut pas dire vivre triste. Que malgré la distance la famille c’est la famille et que tant pis s’il faut faire tout ce trajet pour voir sa sœur et ses enfants. Tes arrivées dans ma famille signifient toujours de la joie qui arrive, tes départs sont souvent tristes, mais on sait toujours que tu reviendras nous voir.

Il reste encore beaucoup de membres de ma famille que j’aime particulièrement. Mon oncle qui m’a prouvé que l’on peut éduquer ces enfants sans forcément l’école. Ma tante qui m’a gardé et permis de m’amuser, tu m’as montré plus d’une fois comment être avec les enfants. Mes cousins/cousines qui m’ont montré plusieurs aspects de la vie et que même sans se connaître les liens du sang nous unis.

Ma famille que j’aime, plus je vieillis plus je comprends pourquoi je suis dans celle-là et pas une autre. Je sais que si un jour je perds tout, ma famille sera là à mes côtés, j’ai conscience de cette chance. Et j’aime savoir que l’on s’aime tout en osant se dire les choses. Vous êtes tous beaux et vous avez tous des qualités et des défauts. Vous êtes parfait dans votre imperfection. Vous impactez toujours plus ma vie à des niveaux toujours très différents. Je vous aime au-delà de toute mesure.

Sa famille, on la choisit peut-être, en tout cas c’est se qu’on fait de plus précieux. Pour Noël c’est l’une des choses les plus précieuses que nous avons et que nous devons chérir. Je revois le petit moi, attendant impatiemment cette fête pour passer un moment de pure joie auprès des cadeaux, des sapins, des lumières dans les plus proches ténèbres de l’hiver. Il y a l’espoir du renouveau du printemps et de la nouvelle année qui approche. J’aime Noël, car à chaque fois l’âme d’enfant en moi revient et je suis heureux de partager tout ça avec vous.

Passez de bonne fête de Noël avec les personnes que vous aimez le plus.

Jérémie Crow

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :